Axe Washington Moscou | Poutine reçoit Pompéo à Sotchi!

0
63

Le secrétaire d’État Mike Pompeo est ce mardi 14 mai à Sotchi, en Russie. Il a d’abord été reçu par son homologue russe Sergueï Lavrov. Les deux hommes ont dit vouloir renouer le dialogue. Le chef de la diplomatie américaine a ensuite été reçu par le président russe. Vladimir Poutine a déclaré vouloir « rétablir des relations complètes avec les États-Unis » malgré les nombreux sujets de désaccord entre les deux puissances rivales.

« J’ai l’impression que le président des États-Unis est favorable à une reprise des contacts entre la Russie et les États-Unis. De notre côté, nous avons dit à plusieurs reprises que nous voudrions rétablir des relations complètes », a déclaré Vladimir Poutine au début de son entretien avec Mike Pompeo à Sotchi, sur les bords de la mer Noire.

« Il est fort souhaitable que votre visite en Russie se fasse au profit des relations entre la Russie et les États-Unis et contribue à leur développement », a-t-il ajouté. Il a salué l’enquête « assez objective » du procureur spécial Robert Mueller, qui a conclu à l’absence de collusion entre Donald Trump et Moscou, qualifiant cette accusation de « n’importe quoi  ».

M. Poutine n’a cependant pas mentionné le fait que ce rapport a établi une ingérence russe dans la présidentielle américaine de 2016, ce que la Russie a toujours démenti.

« Certains domaines de coopérations sont excellents, sur la Corée du Nord, l’Afghanistan – nous avons fait du bon travail – et la lutte contre le terrorisme », a souligné de son côté Mike Pompeo. Ce sont des choses sur lesquelles nous pouvons nous baser ».

La visite du secrétaire d’État américain à Sotchi constitue la rencontre au plus haut niveau entre responsables des deux puissances rivales depuis le sommet d’Helsinki de juillet.

Lors de ce sommet, le ton conciliant du président Trump à l’égard du maître du Kremlin avait alors choqué la classe politique américaine. La Maison Blanche espère toutefois que la fin de l’enquête de Robert Mueller, qui a conclu il y a moins de deux mois à une ingérence russe dans la présidentielle de 2016 aux États-Unis, mais pas à une collusion entre l’équipe du candidat Trump et la Russie, permette de tourner la page de ces relations glaciales.

(Avec AFP)

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici