Côte d’Ivoire | La Police Criminelle privée délèctricité!

9
334

Direction de la Police Criminelle de Côte d’Ivoire (Photo d’archives)

Au delà de son aspect insolite, les faits se passent plutôt de commentaire. La Direction ivoirienne de la Police Criminelle [DPC], ex- Police Judiciaire, est plongée dans l’obscurité ambiante, depuis plus d’une semaine. La cause serait purement technique. C’est du moins ce que racontent des personnes interrogées. Jusqu’à cette matinée du mardi  02 Avril 2019, l’ensemble des bureaux étaient encore hors d’usage. Les quelques rares officiers encore en la manette, s’activaient, difficilement, torches aux poings, à interroger des justiciables, interpellés pour des délits divers. Plusieurs autres s’étaient retrouvés en l’intérieur de la cour de la direction, regroupés en quatre ou trois, imaginant, une survenue inespérée de la lumière. Un tour passé au sommet de l’immeuble qui abrite la direction, pour en savoir d’avantage sur cet incroyable fait divers,  s’est soldé par un échec. Le maitre des lieux, le divisionnaire Elloh W. Raymond, absent, fait des mains et pieds pour venir à bout d’une situation qui est loin de faire honneur en la Côte d’Ivoire et qui met étrangement en doute les explications sans cesse du gouvernement tendant à faire croire que le pays en avait terminé avec la comédie et l’amateurisme. La Direction de la Police Criminelle est un maillon indiscutable dans les opérations de lutte contre le banditisme et la grande criminalité. Elle met en la disposition du chef du parquet, les délinquants et autres malfrats fauteurs de troubles et qui manifestement, constituent un frein en l’émergence dune économie de développement. Le ralentissement des activités professionnelles des fonctionnaires de police qui y sont affectés, encourage sans nulle doute le redéploiement d’une pègre, qui semble avoir le vent en poupe, depuis plusieurs jours. Jusqu’au retrait de notre équipe de reportages, seuls les « habitants » du violon pouvaient se frotter les mains, eux qui reçoivent de l’air frais, au moyen des grands espaces que laissent entrevoir les solides grilles métalliques faites en du fer forgé.

TOURÉ Vakaba