Côte d’Ivoire | Les Seyo en conflit avec « l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours »!

317
5312
Ici, l’imposant temple de Salt Lake City

Ce sulfureux contentieux portant sur une villa cossue, située à Akouédo village et appartenant à une famille, fera certainement date, en ce qu’il donne libre court à des interprétations  criminelles des plus sordides et retentissantes de l’histoire de l’immobilier en Côte d’Ivoire. Tant par la manière que par son mode opératoire, les faits semblent manifestement donner froid dans le dos.

De quoi s’agit-il?  À l’abordage des années 90, il a plu à la génitrice des bénéficiaires, décédée courant septembre 2013, d’ériger la somptueuse villa duplexe, qui fera figure, durant longtemps, de domicile familial. Attristés et profondément affectés par la disparition inattendue d’une maman  qui s’est battue toute sa vie, pour leur offrir un toit, continuer à habiter cet endroit, serait faire corps avec un indiscutable souvenir, difficile à porter. C’est du moins ce qu’affirme, affligé, à notre micro, un membre de la famille Séyo.
Vite, après le départ de l’aîné des enfants de la concession familiale, l’un des cadets, répondant à l’appellation ouest ivoirienne de Séyo KGE, explique aux autres, vouloir réhabiliter la demeure, occasion de lui donner une apparence reluisante, voir acceptable.
Plusieurs sources, solidement soutenues par un « contrat de bail », dont www.africagouvernanceetmediasnews.com dispose d’une copie, indiquent clairement  que ce dernier s’est dit fondé pour s’autoriser à s’engager dans cette entreprise, avec la cellule ivoirienne de « l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours », « sans en avoir aviser au préalable la famille », dixit une autre source, avant de poursuivre,
« C’est comme cela que tous, avons découvert plus tard que l’église a occupé notre maison. Approchés, ses responsables ont refusé de nous recevoir malgré nos nombreuses diligences et nos qualités », a conclu la même source.
Finalement, c’est par voie d’huissier que les « ayant droit »auront l’opportunité d’avoir accès au fameux contrat, qui était jusque là invisible et tenu secret.
C’est ainsi qu’à sa lecture, « nous avons constaté l’absence de nos signatures àtous », raconte un des aînés, encore sous le choc.
En claire, l’absence d’un acte d’hérédité ou d’un procès-verbal [PV], qui auraient pu donner force à l’action de l’intéressé, semblent quasi inexistants.
Une disposition qui trahit pourtant la rubrique dudit contrat de bail, intitulée « droit du bailleur, » et qui stipule que  » le bailleur certifie qu’il est le propriétaire du local et qu’il a le pouvoir pour signer le présent bail. Au cas où le bailleur se ferait représenter pour la signature du présent bail, le mandat de représentation doit être annexée au présent bail ».
Cet autre paragraphe intitulé loi applicable et règlement des conflits, explique largement que « le bail sera régi et compris en tous les cas selon les lois de la république de Côte d’Ivoire, sans considération pour les conflits de loi. Tout différend, controverse ou réclamation, portant sur ou relatifs au bail, ou à sa rupture, à sa résiliation ou à son invalidité, qui n’a pas été réglé par un accord mutuel, sera réglé uniquement par saisine des juridictions ivoiriennes dans le ressort du lieu de situation du local »
Au demeurant, on peut en déduire que le tribunal est citée en puissance dans ce contrat de bail qui ne tient par ailleurs pas compte d’un acte d’hérédité, pourtant du seul ressort de ses juridictions. Comment cette institution pourrait alors recevoir et apprécier une action venant des parties, auteurs dudit contrat? Étrange!
Pour comprendre cette éclatante confusion, notre rédaction d’Abidjan a approché l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, dans les locaux qui abrite sa délégation ivoirienne sise à Cocody Vallon [sud d’Abidjan], pour avoir leur point de vue sur ces graves allégations qui tendent à faire croire que ses dirigeants seraient porteurs d’un « faux contrat ». Reçu, une des responsables a rétorqué n’avoir  » rien à dire ». 
L’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, appelée aussi Église mormone, est une Église chrétienne restaurationniste, née dans l’État de New-York, aux États-Unis en 1830. Elle se réclame d’une église révélée. Son siège mondial se trouve à Salt Lake City, dans l’Utah. Aux États-Unis, avec 6,16 millions de membres, elle serait la quatrième confession chrétienne au sens large du terme. À l’échelle mondiale, elle en revendique plus de 16 millions. Vivement, une solution!
Une enquête de Touré Vakaba
 
English version
 
This sulphurous litigation on an opulent villa, located in Akouédo village and belonging to a family, will certainly date, in that it gives free rein to criminal interpretations of the most sordid and resounding of the history of real estate in Côte Ivory. Both by the way and by its modus operandi, the facts obviously seem to be chilling in the back.

What is it about? At the boarding of the 90s, it rained the genitor of the beneficiaries, who died in September 2013, to erect the sumptuous duplex villa, which will appear, for a long time, home. Saddened and deeply affected by the unexpected disappearance of a mother who fought all her life, to offer them a roof, continue to live in this place, would be to make body with an indisputable memory, difficult to carry. At least that’s what a distressed member of the Séyo family says.

Quickly, after the departure of the eldest child of the family dealership, one of the cadets, answering the West Ivory name of Séyo KGE, explains to the others, wanting to rehabilitate the house, an opportunity to give it a shining appearance, see acceptable.

Several sources, solidly supported by a « lease contract », of which www.africagouvernanceetmediasnews.com has a copy, clearly indicate that the latter said he was justified to allow himself to engage in this business, with the cell from the « Church of Jesus Christ of Latter-day Saints », « without first notifying the family, » says another source, before continuing,

« That’s how all of us later discovered that the church has occupied our home. Approached, its officials refused to receive us despite our many diligences and our qualities, « concluded the same source.

Finally, it is by usher that the « rightful » will have the opportunity to have access to the famous contract, which was previously invisible and kept secret.

This is how when we read, « we found the absence of our signatures to all, » says one of the elders, still in shock.

Clearly, the absence of an act of heredity or minutes [PV], which could have given strength to the action of the interested, seem almost nonexistent.

A provision which betrays the heading of the said lease contract, entitled « Lessor’s right, » which states that « the lessor certifies that he is the owner of the premises and that he has the power to sign this lease. In the event that the lessor is represented for the signing of this lease, the representation mandate must be attached to this lease « .

This other paragraph entitled applicable law and conflict resolution, largely explains that « the lease shall be governed and understood in all cases according to the laws of the Republic of Côte d’Ivoire, without regard to conflicts of law. Any dispute, controversy or claim relating to or relating to the lease, or its termination, termination or invalidity, which has not been settled by mutual agreement, will be settled only by seizure of the Ivorian courts in the jurisdiction location of the location

Moreover, it can be deduced that the court is cited in power in this lease which also does not take into account an act of inheritance, yet the sole jurisdiction of its jurisdictions. How could this institution seriously then receive legal action from the parties, the authors of the said contract?

To understand this glaring confusion, our editors in Abidjan approached The Church of Jesus Christ of Latter-day Saints, in the premises of its Ivorian delegation in Cocody Vallon [South of Abidjan], to have their point of departure. view of these serious allegations that lead to believe that its leaders would carry a « false contract ». Received, one of the officials retorted to have « nothing to say ».

The Church of Jesus Christ of Latter-day Saints, also known as the Mormon Church, is a Restorative Christian Church, born in New York State in the United States in 1830. It claims to be a revealed church. Its global headquarters are in Salt Lake City, Utah. In the United States, with 6.16 million members, it would be the fourth largest Christian denomination. Globally, it claims more than 16 million. Strongly, a solution!

An investigation by Touré Vakaba