France | Au CHU de Montpellier, un véhicule frigorifique, en soutien à la morgue saturé!

0
67

La morgue du CHU Lapeyronie de Montpellier est saturée. Pour la première fois, une chambre froide dans un camion réfrigéré, a été installée sur le parking de l’hôpital. Et pour libérer des places plus vite, les médecins légistes sont passés de 3 à 6 autopsies par jour.

Le 10 juillet, le Procureur de la République de Montpellier a alerté sur le manque de places à la morgue du CHU.
Deux jours plus tard, un camion frigorifique transportant habituellement des produits frais et surgelés, arrivait sur le parking de l’hôpital pour servir d’annexe. A l’intérieur, aujourd’hui, il y a 13 cadavres en attente d’être autopsiés. C’est la capacité maximale.

60 coffres mortuaires saturés

La semaine dernière, des familles ont dû attendre une semaine pour l’autopsie de leur proche, contre un délai normal de trois jours.
Les 60 coffres mortuaires de la morgue de Montpellier ne suffisent plus.

Malheureusement, c’était prévisible, l’été on a un million de touristes en plus », précise Eric Bacciono, médecin légiste et chef de service de l’unité de médecine légale au CHU.

La canicule n’est pas la cause principale de cet afflux de corps pour autopsie. L’augmentation constante de la population dans l’Hérault, les touristes supplémentaires en été, les morts inexpliquées et les noyades sont à l’origine de l’accroissement du travail et des interventions des légistes, soit pour des expertises légales et/ou des autopsies.

Les vacances du personnel s’ajoutant à celà… Il faut donc prendre des mesures d’urgence pour accroître la cadence des autopsies et surtout les capacités de stockage des corps.

«On a mis dans cette chambre froide uniquement des cadavres qui sont là depuis une longue période. Pour de multiples raisons, pas identifiés, pas de familles, problèmes d’inhumation».

Pour le médecin légiste, le camion réfrigéré est donc une solution efficace et humaine :

Le problème à l’origine, ce n’est pas tellement le stockage des cadavres, puisque l’hôpital peut les faire séjourner au funérarium de Grammont ou dans des coffres, ce qui pose juste un problème de transport. Le réel problème c’est vraiment d’arriver à autopsier les gens dans un délai raisonnable. C’est inhumain de faire attendre les familles une semaine. C’est pourquoi nous avons décidé de prendre cette mesure.

Montpellier : la morgue du CHU - 16 juillet 2019. / © F3 LR R.Talbot
Montpellier : la morgue du CHU – 16 juillet 2019. / © F3 LR R.Talbot

Le même dispositif prévu en cas d’attentat

En cas de catastrophe ou d’attentat, 3 centres hospitaliers d’Occitanie : Montpellier, Perpignan et Rodez auraient recours à la même solution. Des précautions prises depuis les attentats de Nice en 2016.

On s’est basé sur ce que j’ai vécu à Nice, puisque j’ai passé deux jour à Nice pour les attentats. Devant un afflux de 85 cadavres, ils étaient débordés et donc ils avaient loué des camions frigorifiques. C’est exactement le même type de camion.

La situation de la morgue de Montpellier devrait revenir à la normale d’ici à une semaine…

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici